Browsing Tag

#girlboss

Boulot

#Girlboss et web : les blogues pour créer des liens

Il y a quelques semaines, je vous ai présenté le premier volet de mon dossier #Girlboss et web. Ce premier article parlait des groupes Facebook et de leur utilisation par les #girlboss. Aujourd’hui, je vous propose le second volet de ce dossier : les blogues. Les blogues sont, de l’avis de plusieurs, des outils redoutables pour une stratégie marketing. Difficile de ne pas le croire quand on voit l’importance qui est accordée aux stratégies de contenu. Dans ce billet, je souhaite vous parler des blogues sous trois points de vue : 1) les pro du blogue; 2) les #girlboss qui utilisent le blogue pour leur entreprise et 3) les mamans blogueuses.

Les pros du blogue: un outil rassembleur incontournable

Les professionnelles du blogue sont unanimes : le blogue est un outil rassembleur incontournable. Il est un outil précieux pour montrer ses compétences et son savoir-faire, pour partager ses expériences et susciter l’émotion chez le lecteur.

Toutefois, peut-il vraiment faire le travail seul?

Voici ce qu’en pense Catherine Cormier de chez Betti: « […] je trouve, même si le blogue est génial pour donner l’étincelle à la communauté, qu’il faut quand même avoir des plateformes (réseaux sociaux, groupes, etc.) pour l’accueillir et y discuter. Selon moi, sur le blogue, on s’inspire et sur les réseaux sociaux et leurs dérivés, on en parle ouvertement. »

Qu’en pensent les #girlboss qui utilisent le blogue comme outil de communication pour leur entreprise?

Les #girlboss qui utilisent le blogue pour leur entreprise : liberté, échanger et collaborer

Rares sont les #girlboss qui ont douté du pouvoir du blogue pour leur entreprise. Comme les pros du blogue le mentionnent, le blogue est un outil parfait pour montrer son expertise. Il est possible de s’y vendre, sans vendre directement ses produits et ses services. Or, certaines entrepreneures avouent qu’il faut prendre le temps de s’y investir. Bloguer demande du temps et de faire des petites expériences pour savoir ce qui fonctionne.

Les entrepreneures aiment pouvoir parler des sujets qui les intéressent, avec leur style personnel et dans des formats variés. Le blogue offre une grande liberté, notamment parce qu’il est accessible à tous. En contrepartie, les entrepreneures aiment que le blogue leur permette de rencontrer des collègues du même domaine et d’acquérir de nouvelles connaissances.

Julie Collin de Julie lit au lit résume bien l’amour du blogue par les entrepreneures : « Discuter, partager, découvrir ».

Et si le blogue est un outil parfait pour leur entreprise, les #girlboss les utilisent-ils pour tisser des liens entre elles? Oui! Elles s’encouragent et collaborent entre elles pour créer du contenu de qualité pour leurs lecteurs. Elles partagent leurs expertises et le contenu des autres pour souligner les bons coups de chacune. Comme quoi, il faut dépasser la compétition et s’entraider entre entrepreneures.

Les mamans blogueuses : se sentir libre, échanger et aider

Les mamans blogueuses sont des #girlboss. Elles ont une véritable horaire de travail pour leur blogue. Certaines ont des équipes, font des collaborations, des partenaires, etc. Certaines en tirent même un revenu. Il était donc essentiel de leur demander leur point de vue sur leur blogue.

Quand nous leur demandons pourquoi elles bloguent, la majorité d’entre elles avouent qu’elles le font pour partager leur quotidien avec d’autres mamans et ressentir moins de solitude. Du même coup, elles mettent de l’avant leur amour pour l’écriture. Dans le sondage, deux autres raisons sont soulevées. Certaines d’entre elles aiment sentir qu’elles peuvent aider les autres alors que d’autres souhaitaient développer un projet personnel. Par exemple, Marie-Noelle Marineau, de Marginale et heureuse, dit avoir débuté son blogue pour se pratiquer à écrire en français. Véronique, de L’autre Véro, souhaitait garder le contact avec sa famille pendant un échange universitaire et le projet s’est poursuivi.

Toutes soulignent que les commentaires positifs et les partages contribuent à améliorer leur confiance en elles. Le blogue leur apporte beaucoup plus : un travail, un environnement social, des opportunités (p. ex. des voyages, des collaborations) ainsi que la liberté d’écrire sur des sujets qui les intéressent.

Dans la série #girlboss et web, je souhaite souligner l’entraide entre les #girlboss à travers les différents outils web. Les mamans blogueuses sont nombreuses à mentionner que les blogues leur ont permis de tisser des liens avec d’autres blogueuses. Même s’il s’agit d’amitiés virtuelles pour la plupart, elles sont importantes pour la motivation. Toutefois, ce ne sont pas toutes les mamans blogueuses qui développent des amitiés qui dépassent le cadre virtuel. Parfois, ces amitiés se limitent à des collaborations ou à des échanges de conseils.

Pour les mamans blogueuses, le blogue est un outil incontournable pour créer des échanges. En fait, la plupart d’entre elles écrivent pour cette raison précise. Alors, au travers les anecdotes de famille et les conseils pour rendre le quotidien familial plus simple, les mamans blogueuses sont des #girlboss qui travaillent fort pour bâtir une communauté.

 

Les propos des trois types de blogueuses se rejoignent sur plusieurs points. Le blogue permet de :

  1. partager, que ce soit son expertise ou son quotidien;
  2. échanger, avec ses lecteurs et aussi avec des collègues du même domaine (et de domaine différent);
  3. découvrir, le travail des autres et le relayer pour contribuer à leur réussite.

Le blogue est un univers parfait pour découvrir les #girlboss d’ici et les soutenir.

 

Bloguez-vous? Êtes-vous un lecteur de blogues?

Bien-être, Boulot

#Girlboss et web : Les groupes Facebook vus par ses animatrices et leurs membres

À partir d’aujourd’hui, et pour les prochaines semaines d’avril, je vous propose un dossier 100 % #Girlboss et le web. De nombreuses #girlboss ont accepté de répondre à mes questions par rapport à leur utilisation du web, que ce soit par les groupes Facebook, le blogue, Instagram ou Linkedin. Je vous présenterai donc le résultat de ces entrevues.

Dans ce billet, je vous parle des groupes Facebook. En fait, ce sont eux qui m’ont inspiré ce dossier. Depuis que je blogue régulièrement (octobre 2016 avec mon blogue personnel, WOW lecture), j’ai rejoint de nombreux groupes Facebook. Certains sont particulièrement ennuyants et ressemblent à de grandes publicités. Par contre, certains ont carrément éveillé mon inspiration, ma motivation et ma détermination. J’ai vu en ces groupes de puissants outils d’entraide pour les entrepreneures. C’est pourquoi j’avais envie d’en parler ici. Je vous propose le point de vue des animatrices de groupes Facebook ainsi que le point de vue de leurs membres.

Les groupes Facebook du point de vue des animatrices

Pourquoi créé un groupe Facebook ? Il y a quelques réponses parmi mes entrevues, mais une d’elles revient constamment : briser la solitude. Les #girlboss travaillent souvent seules toute la journée. Les animatrices de groupe Facebook ont souhaité recréer, en quelque sorte, l’ambiance du bureau où les collègues se côtoient quotidiennement.

Si elles avaient toutes des grands espoirs pour leurs groupes, les animatrices sont nombreuses à le dire : elles sont surprises de la réponse des membres. Leurs groupes grandissent à la vitesse grand V et les membres contribuent à cette croissance. Il arrive même que les membres animent, par leurs questions et leurs anecdotes, le groupe par eux-mêmes.

Mélissa Lévesque, Les p’tites #Girlboss : Au départ, quand j’ai ouvert le groupe, je croyais qu’il y aurait une quinzaine de membres et qu’on discuterait occasionnellement, une ou deux fois par semaine. Aujourd’hui, le groupe compte près de 3000 membres, j’initie une discussion tous les jours et les membres initient une bonne dizaine d’échanges au quotidien. Jamais je n’aurais cru que mon groupe prendrait cette ampleur, mais je dois avouer en être bien fière.

Les groupes Facebook du point de vue des membres

Les membres font une utilisation bien personnelle des groupes Facebook. Il est possible de regrouper leurs utilisations en deux catégories : le pratico-pratique et le social.

Dans les propos que j’ai recueillis, certaines reconnaissaient utiliser les groupes Facebook pour leur côté pratico-pratique. En fait, elles prennent les informations et les conseils dont elles ont besoin, sans pour autant contribuer aux conversations sur le groupe. Par contre, l’utilisation pratico-pratique ne semble pas être la plus populaire.

En effet, plusieurs des #girlboss sondées ont d’abord mis de l’avant le côté social des groupes Facebook. Oui, elles aiment profiter des expériences et de l’expertise des autres, mais ce n’est pas tout. Plusieurs y voient l’occasion de réseauter, car, avouons-le, il est plutôt difficile de réseauter sans son salon. Or, les groupes Facebook permettent de réunir des personnes animées par une passion autour de discussions qui les intéressent. Leur effet se fait ressentir rapidement.

Plusieurs #girlboss ont écrit avoir pris confiance en elles en participant aux groupes Facebook.


Maelle Lebras, Mama : souffleuse d’inspirations et partenaire marketing :
Petit à petit, on se prend au jeu… Au départ, on n’ose pas trop répondre à des commentaires de peur de passer pour une ignorante ou pour la fille qui ne sait pas ce qu’elle dit… et un jour, on se lance. On retape 3 fois sa réponse ou son commentaire pour être certaine de ne pas faire de fautes, ou juste pour se rassurer. Touche Entrée. « En fait, c’est pas si compliqué… pis personne ne me juge. »

L’absence de jugements sur les groupes Facebook est primordiale pour installer une belle ambiance. Après avoir participé à la discussion, les #girlboss prennent confiance en leur potentiel, en leur savoir. Elles ont confiance en elles.

Attention! Plusieurs #girlboss ont mentionné qu’il fallait bien choisir ses groupes Facebook. Ils ne sont pas tous fait pour nous.

Participer aux groupes Facebook pour…

Voici maintenant un résumé des trois arguments les plus populaires pour faire partie d’un groupe Facebook. Vous n’êtes pas encore membre? J’espère que ces arguments pourront vous faire changer d’idée.

  1. Faire partie d’un club social

Comme je l’ai mentionné plus haut, la principale raison qui motive les #girlboss à participer à des groupes Facebook est sans contredit l’appartenance à un « club ». Si les animatrices créent ces groupes pour briser l’isolement, les membres, elles, contribuent à l’ambiance en partageant leur expertise ou en échangeant sur leurs victoires et leurs difficultés.

D’ailleurs, plusieurs #girlboss ont mentionné que les groupes Facebook agissaient comme des groupes de soutien ouverts tous les jours, de jour comme de nuit. Il faut dire que les réponses rapides contribuent au sentiment d’appartenance au groupe.

Mentionnons aussi que les groupes Facebook valorisent l’humain et ses talents et non ses produits ou ses services. Les femmes aiment pouvoir interagir entre elles sans sentir qu’on veut leur vendre un produit ou un service. Puis, au fil des discussions, certaines créent des partenariats, des collaborations ou partagent des annonces de contrats qui pourraient intéresser d’autres membres, ce qui nous amène au point suivant : le soutien et les encouragements.

  1. Avoir du soutien et des encouragements

Organisés autour du concept de «communauté», les groupes Facebook permettent aux membres de partager les victoires, mais aussi les défaites. Régulièrement, certaines #girlboss en perte de motivation expriment leurs sentiments dans les groupes pour se vider le cœur et connaître l’opinion des autres femmes. Parfois, une phrase bien placée permet de «faire retomber le stress avec un éclat de rire », Rim Boukhssimi, La fille du Web.

Plusieurs #girlboss qui ont répondu à mes questions ont mentionné que de participer à des groupes Facebook leur a donné la motivation pour continuer à travailler fort sur leur projet d’entrepreneuriat. Certaines ont même affirmé que, grâce aux groupes, elles ont décidé de foncer et devenir entrepreneure.

  1. Avoir se former

Toujours pour leur côté pratico-pratique, les groupes Facebook permettent de partager l’expertise des membres, mais aussi des ressources qui pourront aider d’autres membres. Certaines y voient une façon de suivre les tendances dans leur domaine alors que d’autres souhaitent apprendre de l’expérience des autres. On y voit un échange entre les filles expérimentées et celles qui se lancent.

 

Comme vous pouvez le voir, les groupes Facebook sont des groupes puissants. Ils sont même recommandés pour intégrer votre stratégie de marketing d’entreprise. Par contre, il faut être à l’écoute de son public. Les groupes Facebook ne sont pas là pour faire la publicité de vos produits et de vos services. Les membres y recherchent davantage une ambiance d’entraide et de soutien.

Même si l’entrepreneuriat demande d’être en compétition avec d’autres entrepreneurs dans le même domaine, les groupes Facebook viennent faire contrepoids. Il est possible d’être entrepreneure et de se regrouper pour s’entraider. C’est d’ailleurs ce que cherchent plusieurs d’entre elles. Comme on dit, « Community over Competition ».

Et vous, êtes-vous membres de groupes Facebook? Si oui, lesquels sont vos préférés?

 

Merci à toutes celles qui ont contribué à cet article!

Anne-Solène Rioult, Les FACILitatrices

Annelise Gakalla Bourdier, Blogtrepreneure

Annie Passalacqua, Annieworkstation

Annie-Pier Raymond, APRT Créations

Camille Thériault, Youtubeuse pour la chaîne Simplement Camille

Caroline Bizier, C’est ça la vie

Catherine Cormier, betti

Elizabeth Boulay, Youtubeuse pour la chaîne Élizabeth Boulay

Evelyne Thibault-Lanctot, Le scriptorium – Révision et rédaction

Jacinthe Boisvert, NenëTooti

Joanie Evrard, On the Edge Hiking

Josée Tardif, Services linguistiques Josée Tardif

Julie Collin, Julie lit au lit

Julie Rochon, Julie Rochon Rédaction

Maelle Lebras, Mama : souffleuse d’inspirations et partenaire marketing

Marie-Ève Boudreault, Je Materne

Marie-Ève Plamondon, Marie-Ève Plamondon – Communications

Marie-Josée Guérin, Les mots en bulle

Marie-Noëlle Marineau, Marginale et heureuse

Maud Duchesne, Maud Duchesne – Services linguistiques

Mélissa Lévesque, La Mallette

Rim Boukhssimi, La fille du web

Sonya Devault, La vie, ma vie

Tamara Bollinger, Cup of Tam

Tatiana Saint-Louis, Aime ta marque

Véronique Lieutaud, L’autre Véro