Projet édito // Autoédition

Publier un livre: faire une étude de marché

 

Je le dis souvent. Au travail, je n’ai pas une approche romantique du livre. J’ai plutôt une approche communicationnelle : un livre doit rencontrer son public. Pour ce faire, il faut non seulement connaître son publier, mais il faut aussi connaître ses concurrents. Certaines personnes n’aiment pas entendre que le livre est un produit, mais c’en est un! Il doit être vendu et consommé. Encore plus en autoédition, lorsque l’auteur doit assumer tous les frais. Pour connaître la compétition, rien de mieux qu’une étude de marché. Que vous écriviez un roman ou un livre de non-fiction, une étude de marché peut être intéressante. Je vous invite à découvrir pourquoi vous devriez faire une étude de marché et quels éléments vous devriez surveiller.

Avant de commencer, sachez que la longueur de votre étude de marché est à votre discrétion. Ce sera un outil pour vous avant tout. C’est à vous de juger combien de livres vous voulez regarder. Pour une couverture complète, il est préférable d’y aller avec 5 livres et plus. Par contre, 3 livres peuvent être bien assez selon votre domaine. N’oubliez pas de prioriser les livres récents, notamment pour la mise en page, la couverture et même, l’angle adopté par l’auteur.

Pourquoi faire une étude de marché?

Le livre est un produit qui entre en compétition avec des milliers d’autres produits chaque année… et pas seulement des livres. Quand on y pense, les connaissances que vous souhaitez transmettre sont en compétition avec les blogues, les podcasts, etc. de votre domaine. Si vous écrivez un roman, ne vous sentez pas à l’abri. Une étude de marché peut être très utile pour savoir comment vous positionner sur le marché.

Cette étape peut sembler inutile pour plusieurs. Pourtant, l’étude de marché permet d’apprendre une foule d’informations sur les livres de votre secteur d’activités ou de votre genre. Voici des raisons plus précises de faire une étude de marché.

  1. Connaître la concurrence. Comme je le mentionnais plus haut, oui, le livre est en compétition avec d’autres livres… et d’autres médias. La première étape dans une étude de marché est de chercher ses concurrents. Si vous connaissez bien votre domaine, vous connaîtrez sûrement déjà des auteurs et des livres. Dépassez ce stade. Découvrez des auteurs moins connus, mais dont le livre a un format semblable à ce que vous voulez écrire.
  2. Découvrir les forces et les faiblesses des livres des concurrents. En observant les ouvrages de vos concurrents, vous pourrez bâtir un plan solide. Vous pourrez profiter de leurs forces et utiliser les faiblesses à votre avantage. Par exemple, si vous constatez qu’ils ne montrent pas assez d’exemples de famille où les deux parents travaillent, vous pourrez présenter ces exemples dans votre livre.
  3. Mieux vous distinguer. En connaissant vos concurrents et leurs faiblesses, vous comprenez que vous pourrez vous distinguer. Que ce soit pour la couverture ou la maquette intérieure, vous aurez la possibilité d’avoir une vue d’ensemble des plus récents ouvrages pour vous tailler une place sur le marché.
  4. Valider des choix. Si vous avez déjà commencé, voire terminé la rédaction, l’étude de marché pourra vous permettre de valider vos choix dans la structure du livre par exemple. Vous pourrez valider vos choix de couverture et de maquette aussi.
  5. Gagner en professionnalisme. L’autoédition est une arme à double tranchant. Il faut faire attention, car vos choix pourraient nuire à la qualité de votre livre. En sauvant de l’argent ici et là, vous pouvez nuire à votre produit carrément. En analysant le marché, vous pourrez faire des choix éclairés et adaptés à votre public. Vous saurez donc où investir.

 

L’étude de cas permet vraiment d’avoir une vue d’ensemble pour vous distinguer et vous tailler une place sur le marché.

 

Après tout, vous voulez être lu, non?

 

Les éléments à surveiller

Je vous présente ici les principaux éléments à surveiller quand vous faites une étude de marché. Bien sûr, certains éléments pourraient ne pas être utiles pour vous. N’hésitez pas à adapter la liste suivante à votre projet.

  1. La couverture et ses composantes. Évidemment, la première chose que l’on voit, c’est la couverture. Cet élément doit obligatoirement être dans votre étude de cas. D’ailleurs, c’est un des éléments pour lesquels la date de publication des ouvrages que vous étudierez est essentielle. Les couvertures et les styles graphiques vieillissent et évoluent à travers le temps. Alors, même si vous trouverez un concurrent pertinent, mais qu’il date de 1990, il est possible que la couverture ne parle plus à votre lecteur idéal.
    Prenez le temps de lister les éléments qui la composent : nom de l’auteur, maison d’édition, sous-titre, élément visuel. Mettez le plus de détails possible sur ce que vous inspire l’élément visuel. Idéalement, prenez une photo pour ne pas oublier la couverture si vous y revenez plus tard!
  2. La quatrième de couverture ses composantes. Écrire une quatrième de couverture demande d’être stratégique. Il faut savoir se vendre, sans trop en révéler. Pour vous guider, notez tout ce qui est présenté dans la quatrième de couverture. Parle-t-on des sections présentées dans le livre ? Parle-t-on des avantages concurrentiels, comme les tableaux, les exemples, les exercices ?
    Aussi, n’oubliez pas de noter les éléments visuels de la quatrième de couverture. Est-ce seulement du texte ? Y a-t-il des titres ? Y a-t-il un tableau récapitulatif ? Comme pour la couverture, vous pouvez prendre une photo pour y revenir plus tard au besoin.
  3. La table des matières. Il ne s’agit pas ici de regarder la présentation visuelle de la table des matières. Quoique… vous pouvez vous inspirer. Par contre, vous pourriez voir comment est structuré le livre : bibliographie, glossaire, index, sections (sujets traités), caractéristiques du manuel, préface, etc. En peaufinant les sections de votre livre, vous montrerez votre professionnalisme.
  4. Les supports visuels. Dressez la liste des éléments visuels utilisés dans la maquette du livre : tableaux, figures, encadrés, rubriques, pictogrammes, etc. Notez également leur utilité. Est-ce que les encadrés sont utilisés pour présenter quelque chose en particulier, comme des exemples ? Est-ce qu’il y a des pictogrammes pour guider le lecteur ? Voyez ensuite comment vous pourriez utiliser des concepts et des éléments visuels qui dynamiseront la lecture de votre livre, mais aussi qui contribuera à la compréhension de votre contenu.
    Ça compte aussi pour les photos et les illustrations.
  5. Le prix. Bien entendu, vous devrez faire des calculs pour vous assurez d’être rentable. Par contre, vous pouvez regarder les prix des livres de vos concurrents pour vous assurer d’être dans la bonne tranche.
  6. La mise en page générale. Regardez la mise en page générale des autres livres. Notez comment ils présentent les titres, les sous-titres, le texte courant. Vous pourrez voir ce qui s’applique aux ouvrages de votre domaine. Vous pouvez également noter le format du livre. Si vous prévoyez faire un grand format, mais que tous les livres dans la même catégorie sont en format poche, il y a sûrement une raison.
  7. Le public cible. Si vous écrivez un livre pour les femmes, restreignez votre public. Est-ce des mamans ? Si oui, est-ce des mamans à la maison, des mamans qui travaillent ? Des mamans qui tricotent ? Des mamans qui s’entraînent ? Voyez comment vos concurrents écrivent à leur public. Soyez attentifs aux détails.
  8. L’angle de traitement. Si vous trouvez des livres qui traitent du même sujet que vous, étudiez comment vos concurrents l’abordent. Dans quel angle le présente-t-il ? L’idée n’est pas de reprendre le même angle, c’est plutôt de voir comment vous vous positionnez par rapport à leur façon d’aborder le sujet. Si vous avez le même angle, voyez comment vous pourriez vous distinguer, notamment avec les éléments nommés ci-dessus.

 

Voilà !

Je crois que vous êtes équipés pour commencer votre propre étude de marché. Vous avez des questions, n’hésitez pas à m’écrire.

You Might Also Like

Previous Story
Next Story

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.