Bien-être

Journée de la femme : la liberté de (se) choisir

Aujourd’hui, c’est la Journée internationale de la femme. Je ne vous apprends rien. J’ai eu envie d’embarquer dans le mouvement de blogueuses #ensemblepourle8mars et de vous dire ce que je représente le 8 mars pour moi.

Personnellement, si Google ou Salut Bonjour ne me rappelaient pas que c’est le 8 mars, je passerais sûrement tout droit. Je ne suis pas du genre à souligner les journées internationales, même si je reconnais leur importance. C’est un bon moment pour nous rappeler les batailles, les gains, etc. C’est le temps de passer à l’action… ou non. L’action devrait se faire au quotidien. Toutes, soutenues par les hommes de notre vie, nous devrions passer à l’action tous les jours pour nous permettre de choisir et de nous choisir.

Choisir d’être une maman

Avez-vous remarqué comment, dans les partys de famille par exemple, on se fait constamment demander quand on aura des enfants ou si on en aura d’autres. (Sans oublier les nombreuses fois où on se fait demander si nous aurons un chum bientôt.) C’est arrivé à quelqu’un de très proche de moi récemment. Je pense qu’elle est un peu tannée.

J’ai remarqué que ce sont des questions générales, mais ô combien épuisantes pour la femme. Être maman, c’est un choix et non une obligation. Le temps fait bien les choses et si l’occasion se présente, le goût de maternité se manifestera. Pourquoi insister sur ce statut ? La femme est plus qu’une maman. Elle a la liberté de choisir.

D’un autre côté, je comprends que dans les partys, on ne sait pas toujours quoi dire et que les questions générales nous semblent appropriées. Alors, je vous invite à changer votre répertoire de questions générales pour opter pour des questions sur des sujets qui intéressent vraiment la personne à qui vous parlez, comme sa passion. Vous serez étonné de la belle conversation qui s’en suivra. Et hop! Une soirée réussie!

Choisir de faire ce que l’on aime

Plusieurs fois j’ai entendu des tribunes téléphoniques pour parler de la femme carriériste. Est-ce mal, est-ce impossible aujourd’hui d’être une femme carriériste ? La question est : quand on a le choix (et on l’a souvent, même s’il n’est pas toujours facile à faire), pourquoi ferions-nous autre chose que ce que l’on aime ? Une femme carriériste qui fait ce qu’elle aime avec passion ne peut pas être mal. Une femme qui ne fait pas ce qu’elle aime pour faire plaisir à d’autres personnes ou pour avoir un certain statut social n’est pas heureuse. Pourquoi continuer alors ?

Se choisir

Que l’on soit maman ou carriériste (ou les deux!), l’important est de se choisir. Sans nous, notre monde ne serait pas pareil. (Parenthèses. Pensez au film It’s a wonderful life, mon film de Noël préféré. George voit de quoi aurait l’air la vie sans lui… et disons-le, ce n’est pas pareil du tout.) Alors, ça ne sert à rien de se cacher. Il faut s’assumer et découvrir qui nous sommes au fil de nos péripéties. Une femme assumée et comblée sera d’autant plus intéressante qu’une femme écrasée parce qu’elle ne s’est pas choisie.

Le hasard fait bien les choses. Cette semaine, la vie me pousse à me remettre en question dans mon rôle de femme. Et elle me pousse à me choisir. À me choisir pour être une femme complète et équilibrée. Et tout ce qui est écrit ici, je le crois. Pourtant, quand il est de l’appliquer pour moi, ça me semble si difficile. Les choix ne sont pas toujours faciles à faire, mais ils sont nécessaires. Alors pour le 8 mars cette année, je souhaite que chaque femme se réalise et qu’elle trouve l’équilibre.

You Might Also Like

Previous Story
Next Story

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ebook gratuit

Connectez avec vos clients (et augmentez votre notoriété) en écrivant votre livre

Pourquoi écrire un livre en affaires?

Comment écrire son livre?

Publier ou non sous sa propre marque?

Comment vendre et diffuser son livre?

Tu recevras ton ebook gratuit bientôt!