Un livre, s’il n’est pas partagé, s’il ne voyage pas, ne peut pas rencontrer son public. Les blogues littéraires sont de belles vitrines pour faire découvrir des livres d’auteurs connus et d’autres moins connus.

Aujourd’hui, je vous présente une entrevue avec Josée Tardif, réviseure linguistique et fondatrice du blogue Une lecture à la fois. J’ai jasé avec Josée à plusieurs reprises depuis mes débuts sur la planète entrepreneuriat. On se rejoint par notre amour des livres évidemment et bien souvent, nous avons les mêmes goûts littéraires. Du coup, ses suggestions me parlent beaucoup.

Elle m’impressionne par la diversité de ses lectures et sa constance. Je vous laisse donc la découvrir ici.

Josée, je t’ai connue comme réviseure linguistique. Depuis un moment déjà, tu as démarré « Une lecture à la fois », un blogue qui veut propager le pouvoir transformateur de la lecture.

Pourquoi as-tu décidé de lancer le blogue « Une lecture à la fois »? D’un point de vue personnel, pourquoi donner du temps à ce projet personnel?

La lecture est pour moi un mode de vie. J’avais envie de parler des bienfaits de la lecture, de partager mes réflexions et d’encourager les gens à lire régulièrement. Faut aussi dire que je suis une bibliothécaire (même si je ne travaille plus en biblio, je le suis dans mon cœur), l’amour de la lecture et l’accessibilité au savoir, aux connaissances, ça coule dans mes veines. Je trouve que la lecture a le pouvoir de changer des mentalités, de faire voir les choses autrement, de susciter l’empathie, de mieux vivre quoi !

On peut voir que tu lis des livres de tout genre. Comment les choisis-tu?

Je lis beaucoup de genres. Je lis du policier, des essais, des articles dans différents domaines. Je puise beaucoup d’inspiration sur Instagram. Je consulte aussi régulièrement le site Les libraires pour être à l’affût des nouveautés et les sites Web et blogues qui parlent de littérature. Je suis très influençable ! J’essaie de m’ouvrir à plein d’univers, car si je me restreins qu’à un seul genre, c’est me priver je trouve.

Peux-tu nous nommer une chose que tu aimes voir dans un livre?

J’aime lire les remerciements, les prologues et tout ce qui entoure le texte. J’aime aussi voir une bibliographie bien garnie, étoffée et qui démontre que l’auteur ne fait pas que parler à travers son chapeau. Pour les essais, j’adore quand il y a un petit résumé à la fin de chaque chapitre. Ça permet d’y revenir pour mieux mémoriser le contenu. J’aime les couvertures de livres soignées qui reflètent l’esprit ou l’ambiance du livre.

De l’autre côté, qu’est-ce que tu n’aimes pas dans un livre?

Je n’aime pas les livres qui ont visiblement sauté l’étape de réécriture ou de révision. Ça se lit et ça se sent un texte qui n’est pas abouti. Je n’aime pas les textes qui ne sont pas assez étoffés ou qui tombent dans un trop grand côté anecdotique sans base scientifique. Je n’aime pas quand les auteurs mentionnent des études sans les inclure en référence. Les essais trop touffus, visuellement parlant, me rebutent un peu.

Tu as été bibliothécaire 12 ans avant d’être travailleuse autonome. On peut dire que les livres ont toujours fait partie de ta vie. Quelle est ta routine de lecture? Lis-tu plusieurs livres à la fois? À quel moment lis-tu?

Je lis beaucoup de livres en même temps. En tout temps ou presque, je lis un livre en anglais, un roman en français et quelques essais que je savoure par petites bouchées. J’alterne entre mes lectures dans une même séance. J’ai toujours un crayon pour noter mes réflexions ou pour écrire dans mes livres.  Dans le jour, je lis surtout les articles qui s’accumulent dans mon Pocket. Je lis presque tous les matins au déjeuner et j’ai ma légendaire séance de lecture du soir qui commence à 20 h environ.

Peux-tu nous donner un top 3 de livres transformateurs que tu as lus dernièrement?

  • 11 brefs essais contre le racisme pour une lutte systémique pour comprendre et constater que le racisme systémique est bien présent au Québec. Quelques-uns des angles abordés dans l’ouvrage : islamophobie, luttes sociales et syndicalisme, antiracisme et mouvement communautaire, racisme et peuples autochtones, antiracisme et santé mentale.
  • Sukkwan Island de David Vann pour une incursion en Alaska. Un père et son fils décident de s’isoler dans une cabane, loin de toute civilisation. Ils devront assurer leur subsistance et apprendre à vivre ensemble jusqu’à ce que le tragique s’invite dans ce décor forestier. Ce roman s’inscrit dans le genre du nature writing.
  • Les Falaises de Virginie de Champlain pour se plonger dans une écriture poétique et introspective dans un décor gaspésien et islandais. Une femme retourne dans la maison de son enfance après que le fleuve ait rejeté le corps de sa mère.

Josée nous donne une liste plus étoffée de lectures transformatrices sur son site. Vous pouvez la consulter ici

Dis-nous, où peut-on te suivre?

Je suis principalement active sur Instagram et dans les stories. J’y partage mes lectures du moment et mes réflexions : https://www.instagram.com/josee.tardif/

Bien sûr, n’oubliez pas de consulter Une lecture à la fois pour une foule de suggestions inspirantes. 

Ton guide gratuit

Écrire pour ton blogue n'est pas toujours un jeu d'enfant?

Tu cherches des trucs concrets pour rendre l'écriture plus facile?

 

Dans ce guide, tu auras des trucs pour préparer l'écriture de ton article et structure celui-ci pour qu'il connecte avec tes clients. 

 

Tu recevras ton ebook gratuit bientôt!