Quand une cliente m’approche pour faire de la rédaction, c’est à 80% sûr que c’est pour son infolettre. Je le vois venir. Je sens l’angoisse de l’infolettre.

 

Elles savent que c’est une belle porte d’entrée pour jaser avec leurs clients. Certaines ont d’ailleurs de belles listes de plusieurs centaines, voire milliers de personnes, que je jalouse secrètement. Pourtant, l’idée même d’écrire leur infolettre les angoisse.

 

« Il faudrait que j’écrive une infolettre… » qu’elles se disent. Et après, une avalanche de questions les assomme:

  • Quand est-ce que je l’envoie? (Hiiii, j’ai pas le temps!)
  • Comment je commence mon infolettre?
  • Qu’est-ce que j’écris?
  • Etc.

 

Et à force de faire tourner ces questions dans leur tête et de ne pas dormir en pensant à l’infolettre qu’elles n’ont pas envoyée finalement parce qu’elles étaient bloquées, elles m’écrivent.

 

Mais si tu ne souhaites pas faire appel à une rédactrice pour enlever ce poids sur tes épaules, ou tu ne peux investir pour l’instant, il faut absolument que tu dédramatises ton infolettre.

Relax sur la stratégie, parle à ton client comme tu lui parles ailleurs.

 

On nous tape sur la tête qu’une infolettre est une stratégie marketing super efficace. Entre toi et moi, on ne va pas les contredire, ceux qui disent ça. Au contraire, tu sais que ta liste a de la valeur. Même la plus petite liste.

 

Sauf que je crois qu’on en fait tout un plat pour les entrepreneurs qui n’ont pas d’équipe de rédaction.

 

Pour commencer, vois ton infolettre comme une lettre que tu écris à ton client. Selon la relation que tu entretiens avec ton client, adapte la forme. J’ai une cliente qui parle très amicalement avec ses clients. Du coup, quand j’écris, je m’imagine lui parler. Parfois, j’imagine même que je lui écris une lettre sur une feuille lignée que je vais plier de façon impressionnante pour lui dire quelque chose en secret. Comme au secondaire quoi!

 

Pour une autre cliente, je sais qu’elle veut garder une certaine distance, qu’elle est plus confortable avec le vouvoiement alors je l’imagine rencontre les gens en salon. Et je me demande comment elle leur parlerait.

 

Ma vision de l’infolettre a notamment changé quand j’ai entendu Alexandra (Les mots pour vendre, pro de la rédaction persuasive) dire qu’on devait écrire comme on parle.

 

Boum!

 

Un stress de moins. Écris comme tu parles à ton client. Et s’il se désabonne, c’est qu’il n’est pas ton client idéal.

Relax sur la fréquence.

 

Combien de fois par mois envoies-tu ton infolettre? Ou combien de fois aimerais-tu l’envoyer? Parce qu’avoue qu’il y a des fois, tu n’as rien envoyé tellement tu étais découragée.

 

C’est sûr que si tu veux faire une infolettre par semaine et que tu angoisses, ça va être difficile. Promis, il n’arrivera rien si tu n’envoies pas une infolettre par semaine. Mieux vaut faire quelque chose tranquillement, mais sûrement, plutôt que de ne rien faire du tout.

 

Alors, commence par te familiariser avec ton style d’infolettre. Ça peut être juste une fois par mois. Tu y partageras plus de nouvelles, c’est tout.

Relax sur les sujets.

 

« Je ne sais pas quoi diiiiiiiire. »

 

Je ne te crois pas. Désolée. Même dans les moments les plus calmes de ton entreprise tu auras quelque chose à dire si tu dédramatises. Pourquoi?

 

Parce que tu n’as pas besoin de toujours toujours toujours être stratégique. Tu peux juste être heureuse et vouloir partager une belle nouvelle ou une nouvelle idée.

 

Et surtout, pas besoin de faire de la vente dans chaque courriel.

  • Tu peux raconter une histoire que tu as vécue la semaine précédente et qui est en lien avec ta mission d’entreprise.
  • Tu peux raconter ta dernière badluck, ton dernier flop.
  • Tu peux remercier les gens qui te suivent.
  • Tu peux leur apprendre quelque chose que tu as découvert dans une lecture ou sur un podcast.
  • Tu peux présenter les membres de ton équipe.
  • Etc.

 

En fait, tous les sujets possibles sont adaptables à ton infolettre. J’ai déjà écrit une infolettre pour une cliente pour dire ses clients qu’ils étaient formidables, forts et qu’ils pouvaient atteindre leur rêve. Sans oublier de leur souhaiter une belle fin de semaine. Alors!

 

Quelque chose qui te bloque peut-être dans ton infolettre, c’est aussi la longueur. « Ouin, mais c’est pas long ce que j’ai à dire. »

 

Moi, j’ai envie de te dire: « Tant mieux. » Les gens n’ont plus le temps ou l’envie de lire. C’est triste de même. Alors, avant de leur écrire une longue infolettre, gagne leur intérêt en allant directement au cœur du sujet.

 

L’infolettre est une belle stratégie de marketing de contenu. Plusieurs entrepreneurs y passent même plus de temps que sur leur page Facebook.

Respire.

 

Sauf que si ça te rend malade, je ne suis pas sûre que ça vaut le coup. Prends une bonne respiration et pense à tes clients.

  • Écris-leur comme tu veux leur parler.
  • Ne te sens pas coupable si tu es en retard pour l’envoi de ton infolettre. Ils vont te pardonner, promis.
  • Tu n’es pas obligée d’écrire une longue infolettre pour être crédible. Sois toi-même et partage tes nouvelles, des anecdotes avec tes clients.

 

Et surtout, rappelle-toi que si certaines personnes se désabonnent, c’est super. C’est seulement parce qu’elles ne sont pas les clients idéaux de ton entreprise. Toi, tu veux des gens qui croient en toi.

 

Moins d’abonnés, mais de meilleurs abonnés.

So relax.

Ebook gratuit

Connectez avec vos clients (et augmentez votre notoriété) en écrivant votre livre

Pourquoi écrire un livre en affaires?

Comment écrire son livre?

Publier ou non sous sa propre marque?

Comment vendre et diffuser son livre?

Tu recevras ton ebook gratuit bientôt!