Projet édito // Autoédition

Concrètement, comment on fait ça un livre ?

Ça y est, vous voulez publier votre livre dans les prochains mois… et la seule question qui vous vient en tête c’est : « Comment je fais ça ? ». Bon. Vous avez une petite idée quand même, mais vous demeurez incertains. Quand on parle d’autoédition, les auteurs peuvent adapter les étapes à leurs besoins. Tout de même, il y a des incontournables. Voici le chemin complet de l’autoédition.

Faire lire son manuscrit

Voici une étape que vous aimeriez bien sauter… On est persuadé d’avoir un manuscrit génial, on a peur de la critique ou on veut tout simplement épargner des sous. Et même si vous avez déjà beaucoup travaillé sur votre manuscrit, un regard extérieur peut vraiment faire la différence dans la qualité de votre texte. Pourquoi ? Tout simplement parce que vous avez le nez collé dessus et vous ne voyez plus les faiblesses. Quelles sont vos options pour faire lire votre manuscrit ?

  1. Les bêta-lecteurs

Qu’est-ce que c’est ? Ce sont des lecteurs bénévoles qui liront votre manuscrit en vous offrant leurs commentaires les plus sincères et les plus pertinents. Le danger ? Tomber sur des bêta-lecteurs qui ne le font pas pour la bonne raison et ça peut se traduire par peu de commentaires, des commentaires peu pertinents, etc. Par contre, en choisissant bien vos bêta-lecteurs, vous pourrez avoir l’avis de vos lecteurs idéaux.

  1. Le lecteur professionnel

Disons-le. Vous devrez payer. C’est assurément le gros désavantage de cette option. Par contre, vous aurez l’avis de personne qualifiée dans le domaine de l’édition. D’une personne qui en a vu d’autres. Une personne qui pourra mettre le doigt sur les petites incohérences, les passages un peu plus mous. Une personne qui pourra vous accompagner dans la réécriture de certains passages. Les lecteurs de manuscrit offrent souvent plusieurs forfaits, d’une lecture en surface à une lecture très approfondie.

Faire réviser son texte

Étape incontournable. Même si vous croyez être bons en français, faites réviser votre texte. Le réviseur a un petit quelque chose de plus. Il verra des choses que vous n’auriez jamais vues et même, il pourra soulever les dernières incohérences, les petites répétitions, etc. Vous faites un manuscrit un peu particulier et vous avez peur que le réviseur défasse votre travail ? N’hésitez pas à lui en parler et à lui donner des consignes, par exemple de ne pas toucher aux dialogues à moins qu’il y ait une coquille parce que vous voulez garder la façon de parler particulière de votre personnage.

Pour ne rien oublier, téléchargez la checklist gratuite Mon projet d’autoédition en 11 étapes.

Faire monter son livre par un professionnel (couverture incluse)

Rien. Rien. Rien ne va remplacer le travail d’un graphiste. Rien. Le graphiste connaît les codes graphiques pour créer une maquette qui répond réellement à vos besoins. Et, la couverture compte aussi. Vous ne pouvez pas faire votre couverture vous-mêmes. C’est trop important. C’est la première chose que le lecteur voit. Elle doit donc être de qualité et dégager du professionnalisme. Vous pouvez même acheter des couvertures préfaites par des graphistes à petit prix. Évidemment, une couverture originale est préférable, mais si vous avez un petit budget, une couverture en vrac est mieux que rien. Pensez que vous voulez attirer l’attention de votre lecteur potentiel.

Faire corriger son livre

J’ai l’impression que les auteurs sous-estiment souvent cette étape. Pourtant, la correction des épreuves est vraiment un must. Un correcteur d’expérience sera à la fois un réviseur et un correcteur d’épreuves. Il va s’occuper des dernières coquilles. Il pourra remarquer les petites erreurs d’uniformisation. Il va s’assurer que la maquette fonctionne partout (et proposer des solutions au besoin). Il va vérifier les coupures de mots en fin de ligne aussi. Bref, le correcteur, je l’adore. C’est dur de s’en passer.

Vérifiez avec votre réviseur. Il offre peut-être ce service. Et vous seriez surpris de toutes les erreurs qu’on trouve une fois que le manuscrit est mis en page. C’est complètement une autre façon de voir votre texte.

 

Ensuite, le chemin varie.

Voulez-vous faire imprimer votre livre ou non ?

 

Faire imprimer… ou non

Ici, vous pouvez prendre plusieurs chemins.

  1. L’impression

C’est vraiment excitant pour tenir son livre dans ses mains. Par contre, il faut penser que les boîtes de livres seront chez vous tant que vous ne les vendrez pas.

  1. Le format numérique seulement

Vous pouvez le proposer sur votre site, mais aussi sur différentes plateformes de diffusion numérique. L’avantage ? Vous n’avez pas à gérer de stock. Le désavantage ? Vous vous limitez aux personnes qui aiment lire en format numérique et qui, dans certains cas, ont une liseuse.

  1. L’impression et le format numérique

Pourquoi vous limitez à un ou à l’autre ? Profitez des avantages de chacun et surtout, réfléchissez à votre lecteur cible. Comment lit-il ? Si vous vous adressez à un public plus âgé, il ne sera peut-être pas familier avec la technologie.

 

Voici donc une vue d’ensemble du chemin pour faire votre livre. À travers ces étapes, vous devez commander votre ISBN et demandez votre dépôt légal. Vous pouvez également demander de participer aux données de catalogage (CIP), mais ce n’est pas obligatoire. Vous devez enfin penser à votre distribution et à votre promotion. Comment vendrez-vous votre livre et comment vous ferez-vous connaître ?

 

Prêts à vous lancer? La formation en ligne Mon projet d’autoédition en 11 étapes est la bible de l’autoédition. Plus de 4 heures de vidéos pour aborder votre projet comme un pro!

You Might Also Like

Previous Story
Next Story

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.