Browsing Category

Diffusion-Distribution

Diffusion-Distribution

La distribution : faire voyager son livre en autoédition

Deux choses inquiètent généralement les auteurs qui souhaitent se lancer dans l’autoédition, le budget et la diffusion et la distribution de leur livre. J’ai répondu à la première inquiétude dans cet article. Aujourd’hui, je répondrai à la deuxième inquiétude : la diffusion et la distribution. En autoédition, la distribution est un peu le nerf de la guerre. Sans les grosses machines de distribution des maisons d’édition, comment s’en sortir ? Deux mots à retenir : dévouement et créativité. Je vous en parle dès maintenant.

Comment fonctionnent la diffusion et la distribution traditionnelle ?

Les éditeurs ont des contrats avec un diffuseur-distributeur. Le diffuseur assure la représentation du livre sur le marché, notamment dans les librairies. Le distributeur s’occupe plutôt de la partie logistique : stockage des inventaires, livraison dans les points de vente, gestion des retours, etc. Bien souvent, un distributeur a un service de diffusion, ce qui permet d’avoir un service complet pour l’éditeur qui cherche à diffuser et distribuer ses livres sur tout le territoire québécois. Certains distributeurs ont aussi des ententes pour faire de la diffusion-distribution à l’extérieur du Québec.

Pourquoi les auteurs autoédités n’ont pas cette possibilité ?

Il est très rare qu’un auteur autoédité ait accès aux services d’un diffuseur-distributeur. Pourquoi ? Selon l’ADELF (Association des distributeurs exclusifs de livres de langue française), les diffuseurs-distributeurs recherchent des maisons d’édition qui ont un plan d’affaires à long terme. Les frais encourus par la représentation, la gestion des stocks et la logistique notamment nécessitent certaines garanties. Malheureusement, les auteurs autoédités peuvent rarement fournis ces garanties, par exemple la quantité de livres imprimés et le nombre de livres publiés dans les années à venir.

Les options de diffusion-distribution d’un auteur autoédité

Par conséquent, si vous choisissez l’aventure de l’autoédition, prévoyez dès le début que vous n’aurez pas de distributeur. Vous ne serez donc pas pris au dépourvu avec vos livres imprimés. Vous aurez déjà bâti votre stratégie. Après tout, ce que l’on veut, c’est vendre votre livre.

1. L’impression à la demande

Certains sites Internet vous permettent de déposer votre manuscrit et de faire de l’impression à la demande. Si vous vendez une copie de votre livre, l’entreprise imprimera une copie de votre livre et l’acheminera directement à l’acheteur.

Vous vous évitez ainsi une gestion d’inventaire. Par contre, l’impression à la demande n’est peut-être une option unique. Vous pourriez la combiner à d’autres options.

2. Un représentant

Si vous avez les moyens, vous pouvez engager une personne pour vous représenter sur la route. Je ne connais pas d’auteurs qui ont opté pour cette solution. Il faut pouvoir vendre un grand volume pour pouvoir faire du profit après avoir déduit le salaire de votre représentant.

3. Vous : votre créativité et du jus de bras

Bien souvent, les auteurs autoédités sont leur propre distributeur. Si vous préparez votre stratégie au fil de votre aventure éditoriale, vous pourrez réfléchir aux actions que vous poserez pour assurer votre visibilité. Je vous présente ici quelques options, mais n’hésitez pas à faire preuve de créativité.

a) La consignation

Voici une option plutôt traditionnelle. Comment fonctionne la consignation ? La consignation consiste à déposer quelques exemplaires de votre livre dans une librairie ou dans une boutique. Vous établissez une date pour un suivi des ventes. Le point de vente se prendra un pourcentage sur la vente et vous remettra le reste. Vous déciderez alors si vous continuez votre collaboration et, si oui, combien d’exemplaires supplémentaires vous pouvez laisser au marchand.

Pour votre information, dans le circuit de l’édition traditionnelle, les libraires reçoivent 40 % du prix de vente d’un livre.

Ici, il est intéressant de noter que les livres ne se vendent pas seulement en librairie. Certains auteurs se rendent dans des boutiques qui privilégient les créations québécoises, par exemple. Donc, si vous faites un livre de menuiserie ou de mécanique, pensez aux garages, aux grandes surfaces, etc. Si vous faites un livre de DIY, pensez aux boutiques d’artisanat, de projets créatifs, etc. Faites une liste de points de vente intéressants.

b) Les événements

Même si plusieurs salons du livre sont fermés aux auteurs qui se présentent seuls, sans éditeur ou distributeur, il est possible de se faire connaître dans d’autres types d’événements. Informez-vous sur les petits salons du livre de votre région, les salons d’artisans, les journées de la culture, etc.

Évidemment, ce travail vous demande de faire de la recherche et de remplir des formulaires d’inscription. Par contre, les événements vous permettent d’entrer en contact directement avec le public. Par conséquent, n’oubliez pas de bien cibler les événements. Si vous écrivez pour les enfants, n’allez pas dans un salon destiné aux professionnels. Il faut savoir mettre son énergie à la bonne place.

Du côté des événements, vous pouvez aussi organiser des séances de dédicace. Ces séances, souvent en librairie, sont un excellent moyen de rencontrer de nouveaux lecteurs. Vous pourrez aborder les gens pour leur présenter votre livre. N’hésitez pas à avoir des signets avec vous. Plusieurs personnes aiment avoir le signet pour se souvenir d’un titre par exemple. Lors de votre présence en librairie, vous pouvez également proposer de faire une lecture publique de votre livre. Par exemple, si vous avez un album jeunesse, vous pourriez inviter les familles à vous rejoindre à une heure précise pour la lecture de votre livre. Ce sera comme une heure du conte à la librairie ! (Et pourquoi ne pas proposer une heure du conte à votre bibliothèque de quartier ?) Si vous publiez un livre sur la santé par exemple, vous pouvez également proposer à la librairie d’organiser un événement où les gens seront invités à vous rencontrer pour avoir une lecture d’un extrait du livre et une discussion avec vous par la suite.

c) Le web

Le web est un incontournable pour vendre votre livre. Vous devez avoir une plateforme pour votre livre, que ce soit votre propre boutique en ligne ou une autre boutique, comme Etsy. Donc, si vous parlez de votre livre à quelqu’un, il pourra vous retrouver sur le web.

Pour dépasser les frontières géographiques de votre région, vous devez vous faire connaître sur le web. Votre boutique en ligne ne fera pas la job toute seule. Bâtissez une stratégie pour augmenter votre présence en ligne, notamment avec les médias sociaux.

Miser sur le web est intéressant, car il vous permet de rejoindre des personnes qui dépassent votre quartier, votre ville ou votre région. Pour profiter des avantages du web pour vendre votre livre, il faut travailler votre présenter en amont.

4. Miser sur sa communauté et sur la mission de votre livre

Ce n’est pas quand votre livre est imprimé que vous devez commencer à travailler votre visibilité sur le web. Vous devez préparer le terrain pour trouver vos lecteurs potentiels. Vous pourriez avoir un blogue, par exemple. Vous pourriez montrer votre expertise et votre passion pour votre livre. Ici et là, vous parlez de votre projet de livre.

L’important, c’est de commencer à vous faire connaître dès le début de votre aventure d’autoédition. Si vous attendez d’avoir votre livre imprimé, il se peut que vous deviez entreposer vos livres un petit moment avant de vous faire connaître.

 

En autoédition, il faut prendre le taureau par les cornes. À moins que vous souhaitiez publier un livre qui ne sera pas lu, il faut voir votre livre comme un produit. Comment feriez-vous la mise en marché de votre produit ? Qui devrait acheter mon livre ? Commencez dès maintenant à bâtir votre stratégie et à repérer les opportunités de vous faire connaître. Oui, il faut mettre vos craintes de côté. Il faut prendre votre courage et contacter des gens pour mettre votre livre de l’avant. Vous êtes capables ! Croyez en vous, croyez en votre projet !

 

Ici, je vous parle d’autoédition. Dans la section Ressources gratuites, vous pourrez consulter un tableau qui distingue les types d’édition. Pour avoir accès à cette page, abonnez-vous à mon infolettre.

Si vous avez une expérience différente de la diffusion-distribution pour votre livre autoédité, n’hésitez pas à m’écrire, je serai heureuse d’échanger avec vous : info@mariemichelemartel.ca.

Psst. Si vous cherchez de l’aide pour bâtir votre stratégie, n’hésitez pas à m’écrire. Nous pourrons discuter pour savoir comment je peux vous aider.