Écriture

7 questions pour faire une lecture critique de vos textes

Il faut parfois prendre du recul et poser un regard critique sur son texte. Bien souvent, nous pouvons nous demander par où commencer. J’ai pensé partager avec vous les questions que je me pose le plus souvent lorsque je fais une lecture critique. Vous en avez d’autres ? N’hésitez pas à les proposer dans les commentaires.

1. Est-ce nécessaire ou pertinent ?

Dure question, mais il faut parfois se demander si un passage ou même, un concept est réellement nécessaire. L’ajout inutile d’informations peut alourdir le texte et vous faire dévier de votre objectif principal. D’autant plus qu’un passage non nécessaire peut simplement créer de la confusion pour le lecteur.

2. Est-ce redondant ?

Il y a plusieurs façons d’être redondant. En voici quelques-unes.

  1. La répétition de termes. Utilisez un dictionnaire de synonymes au besoin, mais évitez de toujours utiliser les mêmes termes. La lecture est lourde et ennuyante si l’écriture manque de dynamisme dans le choix des mots.
  2. La répétition de concepts. Évidemment, vous devez expliquer les nouveaux concepts, mais soyez prudents. Selon la longueur de votre texte, la répétition de définitions peut alourdir le texte inutilement.
  3. La répétition due à un mauvais découpage. Ce type de répétition peut rejoindre la répétition de concepts. En fait, il s’agit de texte qui se recoupe et se répète entre les sections de votre texte. D’où l’importance de créer un plan détaillé avant de commencer la rédaction de votre contenu.

Il faut demeurer à l’écoute du public auquel s’adresse votre projet. Si vous organisez une conférence d’introduction à un sujet, la répétition peut être utile pour bien faire comprendre une notion. Rappelez-vous toutefois de reformuler le contenu afin de proposer une autre façon de l’aborder.

3. Est-ce que le contenu est clair pour les non-initiés ?

Je le répète. Restez toujours à l’écoute de votre public. Si vous créez du contenu actuellement, votre public sera composé de plusieurs lecteurs dont les niveaux de connaissance seront différents. Vous devez donc être accessibles tant pour les débutants que pour les plus avancés et ce, sans être ennuyant pour les plus avancés. Tout un défi, n’est-ce pas ? Voici deux questions qui pourront vous aider à savoir si votre contenu est clair.

a) Est-ce que j’évite la confusion entre des termes et des concepts semblables ?

Assurez-vous de bien distinguer les concepts. Si vous utilisez des synonymes pour certains termes, n’hésitez pas à le mentionner afin que le lecteur ne se pose pas de questions. Mettez-vous à sa place.

b) Devrais-je ajouter des exemples ?

Théorie. Théorie. Théorie. C’est bien beau, mais c’est lourd. Afin de faciliter la compréhension de votre contenu, proposez des exemples ici et là dans votre texte. Variez le niveau de complexité de vos exemples afin de vous adresser à tout le monde.

4. Est-ce que ce passage coupe ma lecture ?

Parfois, on pense qu’une information est pertinente à tel endroit ou on aimerait inviter les lecteurs à consulter tel document. On est vraiment rempli de belles intentions, mais un piège s’y cache. Ce type d’information peut couper la lecture. Dans certains cas, le lecteur peut même sentir qu’il s’agit d’une publicité.

Si l’information vous semble très pertinente, mais que vous sentez qu’elle n’a pas sa place, pensez à d’autres astuces pour l’insérer dans votre texte. Pourquoi ne pas ajouter un petit encadré ou tout simplement, ajouter un paragraphe à la fin de la section pour présenter les informations complémentaires ?

D’autres éléments peuvent couper la lecture : les paragraphes trop longs, les explications trop théoriques, etc. Prenez le temps de relire votre texte du point de vue du lecteur si vous avez un doute sur la fluidité de votre texte.

5. Est-ce que le contenu est bien découpé ?

Comme je le mentionnais plus haut, le plan vous aidera à bien découper vos idées et à éviter la confusion entre les sections. Si vos idées se pilent l’une sur l’autre, il est fort possible que votre lecteur abandonne sa lecture rapidement. Pensez-y et prenez le temps d’organiser vos idées. Et pourquoi ne pas les laisser mijoter quelques heures, voire quelques jours ?

6. Est-ce que le style est constant ?

Voilà une chose qui peut rendre la lecture étrange : le changement de style. Disons que vous écrivez un texte plutôt formel. Vous utilisez un style qui s’accorde à vos propos. Vous utilisez le « vous », vous utilisez des marqueurs de relation, etc. Soudainement, vous laissant emporter par votre enthousiasme, vous utilisez des abréviations, le « tu » et des mots d’un registre plus familier. Attention ! Vous venez de changer de lecteur ? Vous avez décidé de changer de style ? Veillez à l’uniformité de votre texte. Soyez constant pour rendre la lecture fluide et agréable.

7. Est-ce qu’il y a un petit plus qui permet au lecteur de s’informer davantage ?

Cette question n’est peut-être pas applicable à votre projet, mais pensez-y. Votre texte permet-il à votre lecteur de s’informer davantage ? Ce petit plus peut prendre différentes formes. La forme la plus simple demeure la bibliographie. Non seulement il est essentiel de donner vos références, mais une bibliographie complète et même commentée incitera vos lecteurs à explorer le sujet davantage.

 

Alors voilà ! Vous pouvez maintenant reprendre votre texte et le regarder d’un autre point de vue. Peut-être préférerez-vous confier la lecture à une personne externe (je suis là ! J), mais vous aurez tout de même des pistes pour comprendre ses commentaires. Quoi qu’il en soit, poser un regard critique sur votre travail pourra vous aider à l’améliorer ou même, à avoir de nouvelles idées.

Bonne lecture !

You Might Also Like

Previous Story
Next Story

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.