Dernièrement, j’ai décidé de lire un livre suggéré par plusieurs entrepreneures de mon entourage. Je m’installe dans le fauteuil avec des bonnes intentions et après 27 pages, je suis incapable de me concentrer sur ma lecture. Il y a des problèmes d’édition qui me sautent aux yeux et qui rendent la lecture inconfortable. Si bien que j’ai décidé d’arrêter ma lecture et de remettre le livre sous ma pile… et ma pile est très haute. Il est possible que je ne revienne jamais à ce livre. J’en ai parlé en story sur Instagram et j’ai pensé regrouper trois de ces erreurs ici.

1. Ne pas relire les épreuves.

Par moments, on se demande si l’éditeur a revu les épreuves. Dans ce livre, les lignes étaient parsemées de trous blancs. Les paragraphes étaient déséquilibrés et au lieu de lire, le lecteur focusse sur les trous blancs partout sur la page. Déjà que je ne lis pas très vite, je lisais à la vitesse d’un escargot. Si l’éditeur ne fait pas de relecture attentive de l’épreuve, il ne doit surtout pas se passer d’un correcteur d’épreuves. J’en discute à la deuxième erreur.

Ma collègue, Valérie Auclair chez Les Mots Clairs, a aussi relevé une erreur qui arrive régulièrement : des signes de ponctuation en début de ligne. Par exemple, la phrase se termine et le point d’exclamation est sur la ligne suivante. Bizarre et incorrect. Une erreur facilement évitable avec un correcteur!

2. Ne pas avoir de correcteur.

J’espère que ce n’est pas ce qui est arrivé dans le cas du livre dont je te parle, mais comme ils ne donnaient pas le nom du correcteur… C’est possible.

Le correcteur est une dernière barrière contre les erreurs de mise en page et de langue. Avec l’éditeur, ils font une équipe d’enfer pour avoir de belles pages tout au long du livre. Par contre, s’il n’y a pas de correcteur, il peut y avoir plusieurs problèmes. En voici deux.

  1. Les fins de ligne sont toutes croches. Cette erreur est aussi liée au fait de ne pas relire les épreuves. Je sais qu’il y a une mode de ne pas couper les mots en fin de ligne. Ça fonctionne bien pour les médias sociaux, mais dans un livre, ça manque de professionnalisme. On a encore le droit de couper les mots en fin de ligne et c’est même fortement encouragé. Quand on ne les coupe pas, on crée des trous blancs dans les phrases. Les lignes sont déséquilibrées, ce qui distrait le lecteur.
  2. Les coquilles faciles sont plus nombreuses. Il n’y a aucun livre parfait. Il y a des coquilles partout. C’est impossible de toutes les relever. Par contre, avec un correcteur, on s’assure de ne pas rater les plus évidentes. Par exemple, j’ai vu un point-virgule en plein milieu d’un mot.

3. Ne pas accompagner l’auteur suffisamment pour améliorer son texte.

Il y a une tendance dans un livre à tutoyer son lecteur pour tisser des liens personnels. Bien que je n’en sois pas grande fan, je comprends qu’on puisse le faire. Et dans plusieurs livres, c’est bien fait.

Toutefois, je crois qu’à un certain moment, l’éditeur a le devoir d’accompagner l’auteur pour qu’il délaisse l’écriture «orale» pour avoir une écriture plus fluide. Voici deux exemples.

  1. Quand on parle, on a tendance à beurrer épais. On exagère tout et on met des hyperboles partout. Dans un livre, on ne peut pas se permettre de répéter 3 fois le même mot, un à côté de l’autre pour montrer l’exagération. Le lecteur ne peut s’empêcher de penser que l’auteur ne sait pas écrire. On a une belle variété de mots qui nous permettent de dynamiser notre écriture… et pas des mots compliqués. Pourquoi ne pas les utiliser pour hausser la qualité de l’écriture?
  2. Une autre manie que nous avons à l’oral, c’est de créer des élisions comme «t’sais» ou «j’te». Ça passe bien à l’oral, mais pas à l’écrit. Ça manque de professionnalisme. Pourquoi ne pas avoir pris une fraction de seconde de plus pour écrire «tu sais» ou «je te»? Quand il y en a trop, la lecture n’est pas très naturelle.

Dans cet article, je te donne un aperçu des erreurs qu’un éditeur doit éviter. Ce sont des erreurs simples à éviter quand on prend le temps de bien faire les choses. Et ça s’applique aussi à ton contenu pour ton blogue, ton site web, ton infolettre ou tes médias sociaux. Si tu n’es pas à l’aise avec la relecture, demande à un ami ou un professionnel de te relire. Je te promets que tu gagneras en crédibilité et en professionnalisme.

Ton guide gratuit

Écrire pour ton blogue n'est pas toujours un jeu d'enfant?

Tu cherches des trucs concrets pour rendre l'écriture plus facile?

 

Dans ce guide, tu auras des trucs pour préparer l'écriture de ton article et structure celui-ci pour qu'il connecte avec tes clients. 

 

Tu recevras ton ebook gratuit bientôt!